Actualité

Portrait : Le caporal Marine, Aviatrice de réserve puis d’active dans l’AAE

04/04/2022

Le caporal Marine revient sur son parcours, d’un engagement au sein de la Section réserve de l’armée de l’Air et de l’Espace (SRA), porte d’entrée vers un engagement dans les forces.

Quel est ton parcours et comment as-tu débuté la réserve ?

J’ai fait un bac professionnel en mode et vêtement à Bordeaux, bien loin du milieu militaire ! C’est lors de ma Journée défense et citoyenneté (JDC) sur la base aérienne 106 de Bordeaux-Mérignac que j’ai pris connaissance de la Période militaire initiale de perfectionnement à la Défense nationale (PMIP-DN). Intriguée, je me suis rendue au Centre d’information et de recrutement des forces armées (Cirfa) pour avoir plus d’informations et me suis finalement inscrite à la session de mars 2019. J’ai choisi l’armée de l’Air et de l’Espace, surtout par curiosité. Je ne regrette pas du tout mon choix, au contraire, j’en suis très contente, raison pour laquelle j’ai continué en intégrant la Formation militaire initiale de réserve (FMIR) en juillet 2019. Un mois plus tard, j’intégrais la Section de réserve de l’armée de l’Air (SRA).

Comment s’est passée ton intégration auprès de la SRA ?

Bien ! Nous avions déjà eu une première approche avec les cadres du SRA lors de la FMIR, où ils étaient intervenants sur certains ateliers. J’ai donc pu découvrir ce qu’ils faisaient réellement, ce qui a confirmé mon désir d’intégrer la réserve opérationnelle.

Par la suite, je me suis sentie soutenue, peu importe mes choix : que nous décidions de rester dans le civil – pour nos études ou nos projets professionnels – ou que nous décidions de nous engager, ils ont été là pour nous orienter, nous renseigner et nous soutenir dans notre projet.

« Chaque journée à la réserve est un apprentissage supplémentaire et une responsabilité que je porte. »

portrait du caporal Marine

Comment t’épanouies-tu dans ton rôle au sein du SRA ?

Je ne saurais comment l’expliquer, mais j’ai naturellement intégré les codes de ce milieu. Je remplis mes tâches, et toujours avec enthousiasme. Je suis très investie, donc j’entreprends un maximum de missions afin de découvrir un maximum de choses. En agissant ainsi, j’en apprends tous les jours, que ce soit au niveau de la protection-défense ou bien sur d’autres corps de métiers. Je rencontre de nouvelles personnes au quotidien, et donc des métiers que je ne connaissais pas. Et bien sûr, je découvre plus encore l’armée de l’Air et de l’Espace.

Chaque journée à la réserve est un apprentissage supplémentaire et une responsabilité que je porte puisque je suis en protection-défense. C’est cet apprentissage constant et ces multiples rencontres qui m’animent.

Qu’envisages-tu pour la suite de ta carrière ?

J’ai pris conscience de la multitude de possibilités qui s’offre à moi et je m’en sers pour atteindre mes objectifs ! Quand je suis arrivée au SRA, je ne savais pas quoi faire après mes études, et même si celles-ci me plaisaient énormément, j’avais perdu de vue tous mes objectifs de base. Le fait de travailler dans un domaine autre que la mode – porteur de valeurs fortes – m’a permis de retrouver le côté humain qui me manquait. Moi qui aspirais à être couturière, je suis à présent agent de sécurité cabine à Istres ! Le fait d’être réserviste a été un réel tremplin pour moi, sans cette expérience, je n’aurais pas pu m’engager, surtout dans cette spécialité-là. La réserve et le fait d’être au SRA m’ont apporté de l’expérience, cela m’a permis de faire les meilleurs choix pour moi et pour mon avenir.