« SERPENTEX » : les experts du guidage aérien en action

31/03/2022

Du 21 mars au 1er avril, les équipages et experts du guidage aérien ont participé à l’exercice « Serpentex », sur le camp de la Courtine et ses alentours.

Exercice de référence européenne, « Serpentex » prépare, depuis 2008, les spécialistes de l’appui aérien rapproché, ou Close Air Support (CAS), avant leur déploiement opérationnel. Pendant près de deux semaines, Joint Terminal Attack Controler (JTAC), personnels navigants, contrôleurs aériens, opérateurs de défense sol-air et coordonnateurs de systèmes d'information et de communications (SIC) ont exécuté différents scénarios complexes et réalistes, de jour comme de nuit, révisant leurs procédures et qualifications relatives au guidage aérien. Entraînement de haute intensité, « Serpentex » permet aux spécialistes du CAS un travail interallié, avec la participation de nations étrangères telles que l’Allemagne, la Belgique, le Royaume-Uni ou la Jordanie, mais également interarmées, avec l’intégration de différents régiments de l’armée de Terre.

Yeux et oreilles du pilote au sol, le JTAC joue un rôle essentiel sur un théâtre d’opérations : il coordonne l’appui feu des aéronefs de combat avec les troupes terrestres. Répartis sur trois zones de travail entre la Creuse et le Puy-de-Dôme, les spécialistes du CAS s’entraînent notamment à la « haute densité », qui implique de guider simultanément plusieurs types d’aéronefs (hélicoptères, avions de chasse, ALSR, drones lourds) évoluant à différentes altitudes et vitesses. Certains scénarios les plongent également dans un environnement contesté, aussi appelé zone non permissive, où différents systèmes de brouillage radio et GPS sont mis en œuvre pour complexifier leur entraînement. « L’idée est qu’ils couvrent une multitude de situations, qu’ils pourraient potentiellement retrouver lors de leur déploiement en opérations extérieures », explique le lieutenant-colonel Jean-Marc, directeur de l’édition 2022 de « Serpentex ».

Dans le même temps, sur un site éloigné, 23 apprentis JTAC français, allemands et jordaniens achèvent leur formation dans le but d’obtenir leur qualification OTAN, délivrée par le Centre de formation à l’appui aérien (CFAA). Après plusieurs semaines de théorie et de pratique, ils espèrent obtenir le précieux sésame, qui validera leur aptitude au guidage aérien opérationnel. « Les procédures appliquées sont les mêmes pour tous les JTAC de l’OTAN, ce qui leur permet de guider n’importe quel aéronef dans les airs qui appartiendrait aux alliés », explique le lieutenant-colonel Julien, commandant du CFAA. L’intégralité de leur formation est ainsi dispensée en anglais, par des instructeurs français et allemands.

 

les experts du guidage aérien en action

les experts du guidage aérien en action

les experts du guidage aérien en action

les experts du guidage aérien en action