Actualité

Résilience : au cœur du module militaire de réanimation

05/08/2021

Le 2 août 2021, un A400M de l’armée de l’Air et de l’Espace a décollé d’Orléans, en soutien à la Martinique en proie à la crise sanitaire. Il embarquait à son bord un module militaire de réanimation.
Vignette

Alors que la Martinique se retrouve en proie à une résurgence de la crise sanitaire, l’armée de l’Air et de l’Espace (AAE) est déployée au profit de la population civile. Dans l’urgence, un module militaire de réanimation (MMR) est embarqué à bord de l’A400M Atlas, le 2 août 2021 au matin, depuis la base aérienne (BA) 123 d’Orléans-Bricy. Équipe humaine hospitalière, le MMR rassemble une cinquantaine de militaires du Service de santé des armées (SSA), du médecin anesthésiste à l’infirmier en passant par les cadres de santé,  les aides-soignants et les logisticiens.

Dans le cadre de l’opération Résilience, lancée en mars 2020, les armées interviennent au profit de la population civile dans des situations exceptionnelles. Pour endiguer cette nouvelle vague épidémique, les militaires du SSA devraient, au minimum, rester entre 30 et 45 jours sur le sol martiniquais.  

Urgence et force d'adaptation

Pour les personnels médicaux des armées, issus des différents hôpitaux d’instruction des Armées (HIA), la mission débute sur la BA 123. Regroupés sur l’emprise d’Orléans, ils veillent à la préparation de la mission.  

« Cette mission en Martinique fut déclenchée en urgence. Elle n’a donc pas vraiment été préparée. En revanche, le personnel du Service de santé des armées sait réagir dans ce genre de situation. Tous les militaires déployés ont été formés au soutien opérationnel des forces et à la médecine de guerre », partage le médecin en chef Yves, à la tête du MMR déployé en Martinique.  

Vignette

A l’inverse des opérations extérieures, au cours desquelles seuls des militaires concourent à l’accomplissement des missions, Résilience implique une étroite collaboration avec le monde civil. Pour le SSA, l’objectif est de s’insérer dans un dispositif sanitaire civil, en travaillant conjointement avec le centre hospitalier universitaire (CHU) de Fort-de-France. Cette opération confirme, de facto, la volonté de protection des Français par les forces armées.  

L'A400M Atlas, appareil adéquat

Le déploiement du MMR, et notamment la réanimation, nécessite la mise en œuvre de moyens matériels. Ainsi, l’A400M Atlas, avion de transport de l’AAE, permet l’acquisition d’une autonomie non-négligeable. Fort de ses grandes capacités de stockage, l’appareil se présente comme un vecteur de matériel et de personnel. « L’A400M nous permet de transporter l’ensemble du module militaire de réanimation en un seul voyage. Nous pouvons ainsi gagner du temps en embarquant à la fois personnel et matériel », ajoute le chef du MMR.

Vignette

Une fois déchargé de l’aéronef, le module militaire de réanimation est installé au sein d’un ancien bloc opératoire, aujourd’hui désaffecté. Le MMR peut être décliné en plusieurs versions. Au-delà de l’adaptation aux infrastructures locales, il peut également être installé sous tente — à l’image de l’hôpital militaire de campagne, construit à Mulhouse le 24 mars 2020.

Dans le cadre de la lutte contre la pandémie de Covid-19, l’opération Résilience symbolise le travail conjoint des différentes entités des forces armées. Depuis plus d’un an, l’armée de l’Air et de l’Espace assure la projection des personnels militaires de santé au profit des environnements en proie à la crise sanitaire.

Le MMR au cœur de l’opération Résilience

Le module militaire de réanimation (MMR) est une équipe humaine hospitalière forte d’une cinquantaine de personnes. Comprenant en son sein médecins réanimateurs anesthésistes, cadres de santé, infirmiers, logisticiens et membres du régiment médical, le dispositif intègre dix lits de réanimation.

Lancée le 25 mars 202, l’opération Résilience consiste en la contribution des armées à l’engagement interministériel contre la propagation de la Covid-19. Elle est centrée sur l’aide et le soutien aux populations ainsi que sur l’appui aux services publics pour faire face à la pandémie, en métropole et en Outre-mer, dans les domaines de la santé, de la logistique et de la protection. Les armées sont engagées dans l’ensemble des secteurs où elles peuvent apporter un soutien aux autorités civiles, en adaptant leurs actions aux contextes locaux et dans le cadre d’un dialogue avec les autorités de l’État.

© armée de l'Air et de l'Espace