L'atelier Mermoz est spécialisé dans la maintenance « long terme » des équipements avioniques.
Actualité

BA 113 : dans les coulisses de l’atelier MERMOZ

23/08/2021

Loin du tarmac et des ateliers de dépannage en ligne se trouve l’atelier MERMOZ. Spécialisé dans la maintenance « long terme » des équipements avioniques, son domaine de compétence est peu connu.
Vignette
L'atelier Mermoz est spécialisé dans la maintenance « long terme » des équipements avioniques.

Au sein de l'ESTA (Escadron de soutien technique aéronautique) 15.004 « Haute-Marne » de la base aérienne 113 (BA 113) de Saint-Dizier, la vocation des hangars de maintenance HM3, HM4 et RAF1 est de dépanner les Rafale en ligne ainsi que de déposer les éléments en panne. Après le dépôt, la vis de ces pièces continue au sein des ateliers NSO2 (niveau de soutien opérationnel 2), dont fait partie le Mermoz.

 « Le HM3, le HM4 et le RAF1 travaillent sur l'activité en temps réel, pour faire voler nos avions sur l'instant. Le MERMOZ, lui, travaille de son côté pour la partie électronique de bord, sur l'activité qui aura lieu dans 4-5 mois. », explique le capitaine Brice, chef de division des ateliers.

Vignette
Au total, une vingtaine de personnes travaillent sur une cinquantaine de matériels et de composants électroniques différents

L'atelier MERMOZ : un vaste domaine de compétences

Qu’il soit question de remise en œuvre ou de modernisation, toutes les manipulations en lien avec l’avionique sont effectuées au sein de l’atelier Mermoz, dans le cadre de maintenances planifiées et de longues durées. Au total, une vingtaine de personnes travaillent sur une cinquantaine de matériels et de composants électroniques différents : du calculateur moteur jusqu'aux boîtiers interface des techniciens, le domaine de compétence du Mermoz est vaste. Actuellement, en lien avec la division performance de l’ESTA, la mission principale de l’atelier est la modernisation du Rafale, avec l’adoption du standard F3R.

« Avec ce type d'atelier, la flotte Rafale est interconnectée » précise le capitaine Brice. Ainsi, loin d'être une spécificité de la BA 113, le Mermoz a des équivalents sur la BA 118 de Mont-de-Marsan et la base d’aéronautique navale (BAN) de Landivisiau. Cela permet d'alimenter l'ensemble des plateformes où le Rafale est présent, y compris en opération extérieure. Dans les prochaines années, l'arrivée de cet avion multi-rôle sur la base aérienne 115 d'Orange demandera également une multiplication de ces ateliers.

« L'atelier MERMOZ nous permet de mieux connaître le Rafale en travaillant en profondeur sur chaque système. C'est très satisfaisant ensuite de voir l'avion quitter l'atelier avec l'équipement sur lequel on a travaillé » se réjouit le sergent Locateri.