Actualité

APAGAN : Le succès logistique du pont aérien

06/09/2021

Dès le 16 août les personnes prises en charge par les militaires français ont pu être évacuées grâce à un pont aérien entre l’Afghanistan, la Base aérienne 104 et Paris.
Vignette
Cette opération a démontré l’excellente réactivité des armées françaises.

L’état-major interarmées (EMIA) des Forces françaises aux Emirats arabes unis (FFEAU) a conduit les opérations d’évacuation de ressortissants français, européens et d’Afghans de Kaboul à la BA104 avec des avions de transport tactique A400M et C130 de l’Armée de l’Air et de l’Espace (AAE).

De jour comme de nuit, les aéronefs se sont relayés au rythme moyen de deux à trois rotations quotidiennes pour évacuer en lieu sûr entre 50 et 200 personnes à chaque vol. S’appuyant sur les accords stratégiques conclus avec les Émirats arabes unis, la France a pu compter sur la BA104, située à quelques heures de vol de Kaboul : 3h30 en A400M et 4h30 en C130. Le rôle clé des FFEAU dans cette opération illustre la pertinence du dispositif de forces prépositionnées des armées françaises.

Vignette
Un pont aérien a été assuré entre Kaboul, Al Dhafra et Paris.

Au sein de l’emprise des forces françaises sur l’aéroport international Hamid Karzai de Kaboul, un Poste de commandement tactique (PC TAC) armé par les militaires des FFEAU a permis de coordonner les opérations sur place. En raison d’un niveau de menace élevé, l’objectif consistait à limiter le stationnement des avions sur le tarmac, tout en s’adaptant au flot ininterrompu des personnes arrivant au CRER. En raison du nombre très important d’aéronefs dans la zone, la coordination fine avec les alliés américains et les autres nations a permis d’assurer la sécurité des vols.

Vignette
Les aéronefs se sont relayés au rythme moyen de deux à trois rotations quotidiennes.

Cette opération a démontré l’excellente réactivité des armées françaises, leur capacité de planification et de conduite d’opérations sous menace ainsi que la maîtrise de leurs systèmes de combat.

Face à la dégradation de la situation sécuritaire et sur ordre du Président de la République, les Armées ont lancé l’opération APAGAN d’évacuation de ressortissants en Afghanistan. Menée en étroite coordination avec le ministère de l’Europe et des Affaires Etrangères, elle a permis l’évacuation de près de 3000 personnes par la mise en place d’un pont aérien entre l’aéroport international Hamid Karzaï de Kaboul, la Base aérienne (BA104) des Forces françaises aux Émirats arabes unis (FFEAU) et l’aéroport Charles-de-Gaulle à Paris. Une centaine de militaires et 4 à 5 avions de transport ont renforcé les FFEAU.