Un Rafale armé au départ de Mont-de-Marsan à destination de la Pologne
Article de dossier

Renforcement de la posture défensive et dissuasive de l’OTAN sur le flanc Est

Depuis le 24 février dernier, les forces aériennes de l’armée de l’Air et de l’Espace sont pleinement engagées dans le renforcement de la solidarité stratégique, au fondement de l’Alliance atlantique.

POLOGNE

POLOGNE : UNE PREMIÈRE MISSION DE POLICE DU CIEL POUR LE COMMANDANT ANTHONY

Le 24 février 2022, le commandant Anthony, pilote de Rafale sur la base aérienne 118 de Mont-de-Marsan, a décollé pour une mission de police du ciel et de défense aérienne en Pologne.

L’armée de l’air et de l’Espace est engagée dans le dispositif de dissuasion et de défense des pays du flanc de l’est de l’OTAN depuis l’entrée en guerre de la Russie contre l’Ukraine. En amont de ce conflit, les pilotes de l’escadron de chasse 3/30 « Lorraine » ont été informés d’une mise en alerte.

Le 24 février, le commandant Anthony est appelé par sa hiérarchie. Six heures plus tard, il embarque à bord de son aéronef pour rejoindre la Pologne. Entre temps, il a effectué les derniers préparatifs de sa mission : briefer l’équipe, revoir la fréquence radio, se renseigner sur l’évolution des règles d’engagement. Ensuite le pilote se coordonne une nouvelle fois avec l’équipage du C-135 qui l’accompagnera.

Chaque jour, deux vols d’un binôme de Rafale sont prévus sur le flanc de l’est au départ de Mont-de-Marsan. Pendant les huit à neuf heures de vol, ils sont accompagnés par un ravitailleur C-135 ou un A330 Phénix MRTT, prenant part au vol depuis la base aérienne 125 d’Istres.

Deux heures avant le décollage, une réunion briefing a lieu avec les experts du renseignement. « Je suis le premier à partir pour cette mission en Pologne. Il existe une petite part d’inconnu (…). Nous remarquons toutefois que l’entraînement et la standardisation portent ses fruits », note le commandant Anthony.

Lors des vols habituels, seuls deux mécaniciens sont présents au moment du décollage. Pour les vols en direction de la Pologne, une dizaine de mécaniciens sont sur place afin d’assurer une meilleure réactivité en cas de problèmes techniques.

Après un décollage depuis la base aérienne 118 de Mont-de-Marsan, les deux chasseurs sont rejoints en vol par le C-135. Un premier ravitaillement a lieu dans le nord-est de la France. Trois autres ravitaillements sont exécutés dans les zones prévues en Pologne. Pendant que le C-135 est en arrière ligne, les deux pilotes procèdent au travail sur zone.

Une fois la mission réalisée, les deux avions de chasse et le C-135 ont conjointement rejoint le territoire français avant de se poser sur leur base respective.

Un Rafale armé au départ de Mont-de-Marsan à destination de la Pologne

UNE PREMIÈRE MISSION DE POLICE DU CIEL

Un Rafale armé au départ de Mont-de-Marsan à destination de la Pologne

UNE PREMIÈRE MISSION DE POLICE DU CIEL

Un Rafale armé au départ de Mont-de-Marsan à destination de la Pologne

UNE PREMIÈRE MISSION DE POLICE DU CIEL

POLOGNE : RAVITAILLEMENT DES RAFALE DANS LE CADRE DE LA POLICE DU CIEL

Depuis le 24 février 2022, les C-135 et Multi rôle tanker transport (MRTT) se relaient pour ravitailler les Rafale déployés chaque jour en Pologne dans le cadre des missions de défense aérienne et de police du ciel dans les frontières est de l’OTAN. Un commandant de bord explique la mission d’un C-135. 

Avec 2 500 heures de vol au compteur, le capitaine Florian a pris part, le 24 février, à la première mission des Rafale en Pologne, depuis la base aérienne 125 d’Istres. 

Depuis la mise en alerte des équipages, à la suite de l’agression de l’Ukraine par la Russie, l’escadron se prépare à cette mission. Dans les airs, le C-135 a rejoint deux Rafale de la 30e escadre de chasse avant de se diriger à l’est de la Pologne.  

Durant le vol, quatre ravitaillements ont été réalisés. Le premier s’est déroulé au-dessus du territoire national, les trois autres dans des zones prédéfinies au-dessus de la Pologne. Cela a représenté une cargaison de 33 tonnes de carburant.  

Lors de ces opérations, que ce soit pour les MRTT ou les C-135, toutes les informations tactiques sont transmises au centre de planification et de conduite des opérations par liaisons de données ou par radio, en « mots code ». Après 9 heures de mission, les trois avions sont retournés à leurs bases respectives.

Un C-135 décollant de la BA125 d'Istres pour escorter les Rafale en Pologne

UN C-135 DÉCOLLANT DE LA BA125 D'ISTRES

Un A330 Phénix décollant de la BA125 d'Istres pour escorter les Rafale en Pologne

UN A330 PHÉNIX DÉCOLLANT DE LA BA125 D'ISTRES

Un A330 Phénix et deux Rafale dans le cadre de la mission de police du ciel en Pologne

UN A330 PHÉNIX ET DEUX RAFALE DANS LE CIEL POLONAIS

EUROPE - La 4 effectue des rotations à l'Est

Ce 22 mars, les Rafale de la 4e escadre de chasse de Saint-Dizier prennent le relais de ceux de la 30e escadre de Mont-de-Marsan dans le ciel polonais.

Cette action concrétise la contribution de la France au renforcement de la posture dissuasive et défensive de l’OTAN sur le flanc oriental de l’Europe. Appelées eVA pour enhanced Vigilance Activities, ces missions de réassurance s’effectuent directement depuis les bases aériennes françaises, grâce aux capacités de projection offertes par les avions ravitailleurs MRTT Phénix et C-135 de l’armée de l’Air et de l’Espace.

La participation aux missions eVA des Rafale de Saint-Dizier, appareils des Forces aériennes stratégiques (FAS), intervient alors qu’ils assurent par ailleurs la posture permanente de sûreté aérienne et un détachement opérationnel sur la BAP au Levant dans le cadre de l’opération Chammal. Elle débute aussi quelques jours après leur engagement dans la mission majeure Poker. Réalisée plusieurs fois par an, cette mission reproduit au-dessus du territoire national le raid de la composante nucléaire aéroportée permanente. Grâce à un scénario réaliste confrontant le raid à une menace simulée de haute intensité, Poker démontre ainsi la crédibilité opérationnelle des FAS et, à travers elle, celle de la dissuasion nucléaire dans son ensemble.

En participant à eVA, les FAS démontrent une nouvelle fois leur polyvalence. Dissuasion nucléaire, posture permanente de sûreté aérienne, opérations extérieures (Barkhane, Chammal), évacuations sanitaires : EVASAN (Résilience), évacuations de ressortissants : RESEVAC (Apagan), projection de force et de puissance (Heifara, Shikra), illustrent jour après jour l’étendue de leurs capacités et confirment leur engagement au cœur de notre stratégie de défense.

Un Rafale de la 4ème escadre au décollage

Un Rafale B en ravitaillement au cours de la mission Poker